Home-Staging Experts :

Réseau national DE HOME STAGISTS®

HERVÉ PARENT : "SI VOUS VOULEZ VENDRE VOTRE APPARTEMENT, IL FAUT LE PRÉPARER POUR LA VENTE"

 

Hervé Parent, spécialiste du marketing immobilier en France, co-auteur de l'ouvrage de référence "Le marketing immobilier" et fondateur du salon RENT (salon des nouvelles technologies pour les professionnels de l'immobilier), a répondu aux questions de Francky Boisseau, co-fondateur du réseau national Home-Staging Experts, lors de l'émission "100% home stagist®".

 

 

FB : Bonjour Hervé Parent

 

HP : Bonjour

 

FB : Bienvenue sur le plateau de 100% home stagist®. Vous êtes spécialiste du marketing immobilier en France, vous êtes également fondateur du salon RENT, le salon des nouvelles technologies pour les professionnels de l’immobilier. En quelques mots, qu’est-ce que le marketing immobilier ?

 

HP : Il n’y a pas un marketing spécifique pour l’immobilier. Il y a du marketing qui est appliqué soit aux entreprises immobilières, soit aux biens immobiliers à vendre ou à louer. Les spécificités, si on s’intéresse à ce qu’il y a de plus facile la comprendre : la vente d’un bien immobilier, c’est que le bien est unique.

 

Quand on vend des milliers de voitures à 30 000 euros, on a de gros budgets marketing, on a des équipes qui réfléchissent, etc. Quand on vend un appartement à 250 000 euros, ce qui est beaucoup pour l’acquéreur d’ailleurs, on a en face un petit budget marketing à chaque fois.

 

FB : Quelles sont les nouvelles tendances en matière de marketing immobilier ?

 

HP : Aujourd’hui, le premier contact, donc la première image qu’on donne, c’est l’annonce sur le portail d’annonces. La réflexion marketing va être : Comment faire pour un, être vu et deux, créer l’émotion ? C’est l’émotion qui va déclencher la vente. Mais avant de déclencher la vente, l’émotion va déclencher l’appel téléphonique ou la visite à l’agence.

 

La deuxième chose, c’est, les choses vont peut-être évoluer mais aujourd’hui, la réalité, c’est que l’internaute, qui est en recherche, saisit dans un formulaire les caractéristiques de sa recherche et voit apparaître un certain nombre d’annonces, plus ou moins selon l’endroit où il est et suivant ce qu’il cherche. Et sur quoi clique-t-il ? Sur la plus belle photo ! Celle qui lui donne envie d’habiter là. C’est cette première chose qu’il faut comprendre.

 

Il va ensuite regarder de façon rationnelle : est-ce que les caractéristiques du bien qu’on me propose correspondent à ma recherche ? Mais ce qui va déclencher la vente, et surtout ce qui va déclencher le fait que l’ensemble de la relation entre lui et l’agent immobilier, entre lui et le bien qu’il va visiter, est dès le début dans la bonne direction, c’est qu’il a eu une vraie émotion, une vraie envie.

 

FB : Les agents immobiliers ont-ils pris conscience de l’importance du marketing immobilier, et notamment de la photo immobilière ?

 

HP : Alors, on a un peu de recul, en gros ça fait 10 ou 15 ans suivant le point de repère, on voit ce qui se passe sur les portails d’annonces. On voit qu’à l’origine, il y a 15 ans, il y avait très peu de photos. Et c’est normal, les agents immobiliers publiaient dans la presse quotidienne régionale ou à Paris dans le Figaro, des textes de 3-4 lignes et ça suffisait. Et tout à coup, on leur dit : « Bah non, on change de support, il faut faire des photos, il faut faire de l’image. » C’est très difficile de faire de l’image, c’est d’autres métiers.

 

Donc ils n’ont pas vu tout de suite l’utilité. En plus, on était sur des marchés porteurs, où ce n’était peut-être pas la peine. Mais au fur et à mesure où la profession devient plus mature, dans sa prise en compte de l’internet, elle comprend qu’il faut des photos. Là, on est au stade où tous les agents immobiliers comprennent qu’il faut plusieurs bonnes photos. Maintenant, ceux qui ont compris comment faire de bonnes photos sont assez rares.

 

Une photo immobilière, c’est extrêmement compliqué : il y a des problèmes de contre-jour, on ne voit rien. Il faut prendre une pièce avec des grands angles qui vont peut-être déformer la photo, etc. Et puis, il y a ce truc extraordinaire, c’est qu’il faut que les pièces soient préparées : « Ah, pourquoi est-ce qu’il faut préparer la pièce ? Je vends l’appartement tel qu’il est. » Non, ce n’est pas vrai ! La plus belle des princesses se maquille pour aller au bal. Donc, si vous voulez vendre votre appartement, il faut le préparer pour la vente. C’est pareil, c’est honnête, c’est légitime, c’est normal, c’est comme ça que ça marche.

 

Regardez les photos dans les dernières revues immobilières sur papier, le haut de gamme, le luxe, quand vous voyez des châteaux, des très belles villas à 5 millions d’euros, quand vous regardez les pièces, elles sont impeccables, impeccablement rangées, tout brille, etc. Ne pensez pas que les gens vivent là dedans. Non, c’est simplement que l’équipe, parce qu’on a envoyé une équipe, a préparé le château, a passé du temps à faire le ménage, à tout faire briller, à ranger, à repousser ce qui n’est pas beau, à mettre les choses au bon endroit : c’est pour ça que la photo est belle, elle a été préparée.

 

Et ensuite le professionnel vient éclairer : la photographie, c’est de la lumière. Moi, je n’y connais rien mais j’ai compris ça. Donc il faut être éclairer, il faut du matériel, de la réflection, etc. Il ne suffit pas d’avoir un bel appareil. Les professionnels, les agents immobiliers ont compris que s’ils envoient leur négociateur en disant : « Avec ton smartphone, qui fait du 5 millions de pixels, va me faire une photo. » Ils auront une photo moche !

 

FB : Merci Hervé Parent pour vos réponses.